Un site internet, c’est inutile !

« Fais un site internet, tu verras c’est bien pour le business ». L’une des phrases déjà entendues par tout dirigeant ou tout entrepreneur. Le hic ? Beaucoup de ces sites ne sont pas rentables, faute de visiteurs ou de mauvaise gestion. Dans de nombreux cas, un site internet n’est pas forcément utile ! Préparez-vous avant la bataille de requins qui se déroule sur internet, et suivez le guide :



Etape numéro 1 : Définir l’utilité de son site internet

Avant de réaliser quoi que ce soit, faites un point sur les objectifs de votre site internet.

A : Carte de visite ?

Je veux un site carte de visite : mes clients me connaissent déjà, je veux un site vitrine joli mais simple pour montrer mon professionnalisme, mes coordonnées et quelques détails sur la société.

B : Informer et partager ?

L’exemple le plus parlant : le blog. Ce type de site internet est souvent utilisé pour exprimer ou partager une « passion » plutôt que faire à proprement parler du « business ».

C : Obtenir de nouveaux clients ?

L’objectif de ce site business est simple : il doit devenir un commercial digital pour obtenir des leads entrants (prospects qui vous contactent). C’est aujourd’hui l’objectif de la plupart des sites internet.

D : vendre des produits directement en ligne ?

Le fameux ecommerce ou eboutique. Vendre vos produits directement sur internet.



Etape numéro 2 : faire un audit web, même simple !

L’Objectif ? Savoir s’il est possible de vous placer sur internet.

A : Connaitre les volumes de recherche

Voir si les gens recherchent votre produit ou votre secteur d’activité. Si les volumes sont très faibles ou inexistants, la stratégie à adopter devra donc être différente d’un site internet. (autres supports de communications par exemple)

B : Connaître la puissance des concurrents

Voir si vos concurrents sont déjà puissants et bien placés (notamment sur Google). Dans ce cas, il faudra redoubler d’efforts pour les rattraper, et donc, les coûts seront plus élevés.

C : Estimer votre R.O.I.

Vous connaissez votre marge sur vos produits et vos services. Il est possible de faire des statistiques relativement fiables à long terme, en fonction des volumes de recherches, de la puissance de vos concurrents et de la stratégie envisagée. Évidemment, ces calculs ne sont pas universels mais donnent des indicateurs pertinents sur les investissements et la rentabilité de votre projet.

D : Comment faire cet Audit ?

Vous pouvez déjà commencer votre audit en listant vos concurrents. Recherchez-les sur Google map, sur Google, sur Facebook etc.

Ensuite, si vous avez de solides bases web et du temps, formez-vous et utilisez les outils SEO nécessaires (Keywordplanner, SeObserver ou équivalent, ScreamingFrog, ScrapeBox …). De nombreux tutoriels existent sur internet. Pour information, beaucoup sont en anglais.

Le plus rapide et le plus efficace restent de faire un Audit via une agence Web. Vous aurez alors un audit précis et un cahier des charges pertinent sur les actions à déployer (ou non d’ailleurs).

Profitez de notre offre permettant de recevoir votre premier audit gratuitement. C’est très simple, il suffit de nous contacter via notre formulaire de contact du site.



Etape numéro 3 : définissez vos actions suivant le résultat de l’audit

Attention, cette étape pourra faire de nombreux déçus. En effet, les résultats sont parfois difficiles à entendre, mais c’est pour le bien de votre portefeuille. Mais si les feux sont verts, alors n’hésitez pas et lancez-vous !

Voici un tableau d’exemples. Bien sûr il n’est pas valable pour tous les secteurs d’activités, mais il a pour but d’aider au choix de votre communication digitale. Ok il n’est pas très beau, mais l’important est la finalité :

 

Légende :

  • Fiche Google my business : c’est une fiche 100% gratuite qui permet à votre établissement d’être visible dans Google, notamment dans Google Map. C’est la base de toute visibilité sur internet !
  • SMO : Social Media Optimisation. Création de contenus sur les réseaux sociaux (page et publicité Facebook par exemple)
  • SEA : Search Engine Advertising. Ce sont les publicités sur les moteurs de recherches (notamment Google Adwords)
  • SEO : Search Engine Optimization. C’est le process pour être au top des résultats de recherches dites « naturelles »


L’exemple concret à ne pas reproduire :

Le cas d’école par excellence auquel nous avons eu affaire (cas réel) : une boulangère de quartier décide de créer un site internet parce que c’est « la mode ». Elle demande donc à un développeur de lui créer son site, avec de jolies vidéos de croissants qui cuisent, un site joli et harmonieux.

Le total de l’opération ? 4700€ TTC.

Vous voyez venir la chute ? Et oui, 2ans après, elle nous contacte car elle se demande si son site est vraiment utile. Son site est techniquement très bien fait (seo friendly, architecture de qualité, responsive etc …). Mais malheureusement son site internet n’a reçu que 113 visiteurs ! En effet, les volumes de recherche pour son activité et ses produits sont très faibles !

La solution de départ aurait été de faire une fiche Google My Business ou éventuellement une page Facebook, ce qui lui aurait économisé quelques milliers d’€uros …

Le développeur n’est pas totalement en tort, car il a répondu aux exigences de sa cliente, mais aurait dû être de meilleurs conseils …



Conclusion : Un site internet business, c’est 30% de ce que l’on voit !

Difficile de se lancer dans la création ou l’évolution d’un site internet « business » si vous ne mettez pas toutes les chances de votre côté. La dure réalité du web est ainsi. Mais sachez que de belles opportunités sont encore possibles, il n’est pas trop tard pour prendre le train en marche !

 

Dites-vous bien qu’un site internet pour faire du business, c’est :

  • 30% de contenu visuel
  • 70% de référencement et de marketing

 

Vous pouvez avoir le plus beau site internet du monde, s’il ne draine pas de trafic, c’est inutile pour votre rentabilité ! Faites-donc appel à une agence expérimentée dans le domaine … Luvy par exemple 😉